Première visite ?

Vous cherchez un placement sûr ? Un placement performant ? Les deux à la fois ?

Fermer

Multéo

Contrairement aux autres produits de placement (hors livrets réglementés) soumis à l’imposition, l’assurance vie bénéficie d’un cadre fiscal unique.

Fiscalité en cas de rachat ou de retrait

Elle échappe à l’imposition des plus-values en cas de retrait après 8 ans, hors prélèvements sociaux de 15,5 %, dans la limite annuelle de 4 600 € de plus-values pour une personne seule et 9 200 € de plus-values pour un couple soumis à imposition commune, tous contrats d’assurance vie confondus(1).

(1) Au-delà, elles doivent être intégrées dans le revenu imposable ou sont soumises au prélèvement libératoire de 7.5%, selon la fiscalité en vigueur.


4 600 € de plus-values pour une personne seule, ou 9 200 € en couple… À quoi cela correspond ?

Pour les contrats de 8 ans ou plus, cela correspond aux plus-values générées par le contrat rachetées annuellement (tous contrats d’assurance vie confondus) ! Une immense majorité de sociétaires n’atteignent pas ce montant, et bénéficient donc d’abattements fiscaux maximaux.


Fiscalité en cas de décès

Pour les contrats ouverts après le 20/11/1991 et les versements effectués après le 13/10/1998

L’assurance vie est l’outil le plus simple et le mieux adapté pour transmettre un capital aux personnes de votre choix, sans taxation dans la limite de 152 500 € par bénéficiaire(2).

Plus d’informations sur la fiscalité

(2) Les capitaux décès correspondant à des versements effectués avant 70 ans sont exonérés à hauteur de 152 500 € par bénéficiaire, tous contrats d’assurance vie confondus

Contacts