Première visite ?

Vous cherchez un placement sûr ? Un placement performant ? Les deux à la fois ?

Fermer

Dossiers

questions-multisupports-3

Livrets et contrats d’assurance vie sont-ils complémentaires ?

A l’heure où les taux d’intérêt sont historiquement à leur niveau le plus bas, les livrets d’épargne réglementés n’apportent quasiment plus de rendement. Les Français ont donc tendance à s’en détourner. L’assurance vie, au contraire, enregistre des niveaux de collecte record.
Cependant, livrets et assurance vie ne doivent pas être opposés : ce sont bien des produits d’épargne complémentaires. Ils ne répondent pas aux mêmes besoins, et l’horizon de placement est différent.

> Les livrets doivent être destinés à une épargne de court terme : celle que l’on appelle « épargne de précaution », destinée à faire face à des dépenses imprévues, financer un voyage ou un projet à court terme.
Dans cette optique, ils apportent de réels avantages : les livrets réglementés (Livret A, Livret de développement durable, Livret jeune…) sont défiscalisés, et l’argent reste disponible à tout moment. Ainsi, même si leur rendement est très bas – 0,75 % depuis le 1er août 2015 – ces Livrets gardent une utilité dans la gestion du budget familial, ne serait-ce que pour mettre de côté des sommes qu’il est prudent de ne pas dépenser tout de suite. Il est plus difficile de contrôler efficacement son train de vie lorsque tout l’argent disponible demeure sur le compte courant.
En revanche, les Livrets sont moins adaptés à une épargne de long terme. De plus, les livrets réglementés sont plafonnés : le montant maximum que l’on peut verser est de 22 950 € sur un Livret A et de 12 000 € sur un LDD. Les banques proposent également des livrets non réglementés, qui ne sont pas plafonnés, mais les intérêts produits sont alors soumis à l’impôt.

> L’assurance vie, au contraire, est un placement de long terme. Elle fait partie des produits financiers capables d’apporter plus de rendement sur le moyen/long terme. Les retraits sont possibles à tout moment, mais aucun avantage fiscale n’est accordée avant la 8ème année de détention sauf, quel que soit la durée du placement, s’il est dans l’un des rares cas d’exonération. La fiscalité devient réellement avantageuse au bout de 8 ans : l’assurance vie fait alors toute la différence.
De plus, l’assurance vie présente de nombreux atouts : l’absence de plafond de versement, les multiples options de sortie en capital ou en rente, ce qui permet de bénéficier d’un complément de revenus pour sa retraite, les service associés et bien sûr les avantages fiscaux lors d’un rachat ou d’une transmission d’un capital hors transmission.
Enfin, les contrats d’assurance vie « multisupports » offrent à l’adhérent un large choix de supports d’investissement, ce qui permet de diversifier son épargne et d’augmenter le potentiel de gains.
Seule l’assurance vie apporte donc la souplesse nécessaire à la préparation de tous les grands projets de vie : réaliser des achats immobiliers, des travaux de rénovation ou de grands voyages, partir en retraite dans de meilleures conditions, mais aussi aider ses enfants, ou encore prévoir la transmission de capitaux à ses bénéficiaires avec d’importantes exonérations fiscales.


Noter cet article

(5 / 1 note)

Partager

Imprimer

Contacts